Quand la Belgique a tué Prince

Pharma_Valley_Prince_Plan-de-travail-1.png
Cyril Elophe. CC BY-NC-ND.

Aux États-Unis, des milliers de personnes meurent suite à la prise d’opioïdes (Prince, repose en paix). Les pratiques des entreprises pharmaceutiques sont dénoncées et condamnées par la Justice. En Belgique tout serait sous contrôle. Vraiment ? Médor a comme un doute. Enquête cartographique et participative. Vous allez connaître votre douleur.

Année 1957, « docteur Paul » déménage ses pipettes et microscopes à Beerse (province d’Anvers). Sa nouvelle société pharmaceutique cartonne et elle est bien trop à l’étroit chez le paternel, le médecin et homme d’affaires Jan Constant Janssen. L’année suivante, Paul en profite pour engloutir l’entreprise de son père et crée « Janssen Pharmaceutica ».

Président et directeur de recherche, Paul Janssen, 32 ans, est un génie précoce de la molécule. Sa société compte déjà 70 collaborateurs et quelques succès dans la découverte de substances chimiques innovantes, notamment dans les analgésiques (qui suppriment la sensibilité à la douleur).

8 décembre 1960, Beerse. L’équipe de « docteur Paul » bidouille encore dans la structure des molécules opioïdes. À coups d’essais-erreurs itératifs, ils réussissent à synthétiser la molécule au nom de code « R4263 ». Le Fentanyl est né.

Cette molécule est au calmant ce que Mike Tyson fut à la boxe. Son potentiel analgésique est près de 80 fois plus puissant que celui de la morphine ! Commercialisé en 1963 sous forme d’intraveineuse, le Fentanyl soulage les douleurs des patients cancéreux et permet des opérations chirurgicales sans douleur. C’est une avancée considérable dans la gestion du mal.

Un corps dans l’ascenseur

56 ans plus tard, le 21 avril 2016, dans le petit bourg de Chanhassen (USA)1. Un employé vient de découvrir un corps dans un ascenseur au premier étage du building de Paisley Park. Paniqué, il sort son téléphone, pianote le 9-1-1. Les urgences.

« Oui, nous avons besoin …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3086 membres et 1662 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus