L’Empire du mal (épisode 1)

Lumière sur le lobby de la douleur en Europe

6_Empire_du_mal_1_Plan de travail 1.jpg
Cyril Elophe. CC BY-NC-ND.

Début des années 2000, l’entreprise pharmaceutique Mundipharma (Oxycontin) met le cap sur l’Europe et la Belgique. Objectif : sensibiliser l’opinion publique, les experts et les politiques à la nécessaire prise en charge des douleurs chroniques. Et fourguer quelques anti-douleurs opioïdes au passage. Une stratégie également épousée par la société Grünenthal (Contramal). Rien que pour vous, Médor vous révèle les leçons à retenir pour fonder un empire du Mal.

Juillet 2019, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) publie un rapport sur la consommation problématique d’opioïdes (médicament anti-douleur) dans les 36 pays de l’OCDE (essentiellement en Europe) : « l’influence des entreprises pharmaceutiques dans la gestion de la douleur a été considérée comme importante, en conduisant des campagnes marketing qui ciblaient principalement les physiciens et les patients, sous-estimant les effets problématiques des opioïdes ».


En 2017, la Sénatrice américaine Katherine Clark y allait encore plus cash dans son courrier à Margaret Chan, directrice générale de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). A propos des pratiques « dangereuses » de la société Mundipharma International, chargée au niveau mondial de promouvoir le médicament opioïde OxyContin de la société Purdue : « Nous exhortons l’OMS à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de permettre à ces mêmes personnes de commencer une épidémie des opioïdes au niveau mondial. Apprenez de notre expérience et ne permettez pas à Mundipharma de porter l’héritage mortel de Purdue à un niveau global. » Ce « niveau global » concerne notamment la Chine, l’Inde, le Brésil, la Colombie, le Mexique. Selon le Los Angeles Times (en 2106), « un réseau d’entreprises internationales détenues par la famille (famille Sackler, propriétaire de Purdue Pharma, Ndlr) est en train de s’implanter en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique et dans d’autres régions, et d’encourager le recours généralisé aux antalgiques dans des endroits très mal outillés pour …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3048 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus