6min

Kazakhgate : accusations de pressions au sein de la Sûreté de l’État

kazakh-connection
Pieter Fannes. CC BY.

Des sources internes à la Sûreté de l’État affirment que des pressions ont été exercées sur un inspecteur afin de bloquer son travail autour du « trio kazakh » et ses liens avec l’univers politique belge. L’inspecteur en question vise notamment un chef d’unité, présenté comme un proche de Didier Reynders. Des accusations sans fondement, selon l’intéressé. Ce mercredi matin, Guy Rapaille, le président du Comité R, chargé du contrôle des services de renseignements, sera entendu par la commission Kazakhgate. Selon nos informations, il devrait se prononcer sur ces accusations, qui ont été investiguées par le Comité R. Et faire émerger enfin un peu de clarté ?

Guy Rapaille, le président du Comité R, devient un habitué de la commission d’enquête sur le Kazakhgate. Ce mercredi 29 mars, il témoignera pour la troisième fois devant les parlementaires.

Lors de son audition du 25 janvier, Guy Rapaille avait assuré que la Sûreté de l’État détenait, dès 1994, des informations sur les liens entre le milliardaire naturalisé belge Patokh Chodiev et la mafia russe. Il est dès lors « étonnant », soulignait Rapaille, que la même Sûreté mentionne dans un rapport de 1996 à la Commission des naturalisations qu’elle n’a « rien à signaler » quant à la demande de naturalisation de M. Chodiev.

Le 15 février dernier, Guy Rapaille était de retour, pour faire part d’éléments complémentaires, recueillis à la demande des parlementaires. On apprenait ainsi que Chodiev avait entretenu des liens avec… la Sûreté de l’État entre 1998 et 2000 ou bien encore que les services de renseignements n’étaient pas en mesure de retracer qui avait apposé le cachet « rien à signaler » (RAS) sur le rapport de naturalisation.

Ce mercredi, de 9h30 à 12h30, donc, M. Rapaille se présentera de nouveau devant la commission. « Hélas pour vous les journalistes, une bonne partie sera à huis clos », glisse Dirk Van Der Maelen, son président, membre du parti d’opposition SP.A, qui n’en dira pas plus sur la nature de l’intervention de M. Rapaille, invoquant le besoin de garder une « relation de confiance avec le Comité R ».

Selon nos informations, M. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3048 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus