10min

Ecoutez la complainte du villageois

Une vie chacun dans sa bulle, en Brabant wallon

Lasne_phil-1.jpg

Le Royal Waterloo Golf Club, établi à Lasne. L’équivalent du Zoute. De superbes paysages, à apprécier dès qu’on peut acquitter les droits d’entrée.

Colin Delfosse. CC BY-NC-ND.

Qui prend l’initiative en matière de loisirs, à Lasne ? Des particuliers, des privés, rarement la commune. Le fossé se creuse ainsi entre les villageois et les nouveaux riches. Carnets d’immersion.

« Il manque 50 euros »

L’été indien au Royal Waterloo Golf Club de… Lasne, ce mercredi 23 octobre. Il fait beau, il fait chaud, l’accueil est sobre mais souriant et, à la terrasse, l’eau pétillante est bradée à 2 euros 50. Il n’y a pas de meilleur endroit pour apprécier la beauté de la campagne lasnoise. Du club-house, la vue est majestueuse.

A la table du fond, une brochette de Wallons Connus devisent autour du plus Bruxellois d’entre eux, Philippe Collin, l’ancien bras droit de la famille Vanden Stock, qui a revendu le Sporting d’Anderlecht à Marc Coucke, en vitesse, fin décembre 2017. La conversation tourne autour d’un cinglant cinq à zéro encaissé, la veille, par les rivaux historiques du Club de Bruges, anéantis par le Paris-Saint-Germain. Ça ricane, ça commande une autre tournée, ça cherche à éviter les dettes : « Dites, il manque 50 euros pour payer les premières tournées », lance à la cantonade un golfeur plus qu’endurci. Un peu mesquin, tout de même, non ?

Après une paire d’heures, le business reprend ses droits quand Philippe Collin s’en va. Un capitaine d’entreprise évoque un projet à plusieurs millions d’euros dans la construction « où il faut avoir les reins solides ». Il est question d’autoroutes en Espagne et au Portugal, de Congolais indiquant qu’« il n’y a pas encore de décision au niveau de la haute direction », mais aussi de nichons, de Ray-Ban en écailles de tortue (« elles te vont bien, dis  »), de bouteilles de champagne …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2590 membres et 1747 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus