Cora City Center

La-Louvière-Cora13.JPG
Laurent Poma. CC BY-NC-ND.

À Cora, tout est possible. Acheter sa bouffe, ses fringues, ses livres. Boire un coup, manger un quartier de pizza ou simplement s’y balader. Mais pour y accéder, mieux vaut être motorisé. Une ville dans la ville, vue à travers l’objectif de Laurent Poma.

À La Louvière, Cora, c’est bien plus qu’un centre commercial. C’est une institution. Quand notre photographe, Laurent Poma, débarque la première fois un vendredi soir dans le shopping center, il ouvre de grands yeux. "Cela grouillait de partout. Les cafés étaient remplis." Les gens ne font pas simplement leurs courses, ils y vivent. À Cora, tout est possible et tout le monde y trouve son compte.

Et si, finalement, Cora était le centre de La Louvière qu’a cherché Médor, en immersion, pendant une semaine ? "C’est triste, mais c’est un peu vrai", confient les habitants. Bien loin sont les problèmes de parking payant ou d’enseignes vides du centre-ville. À Cora, tout est facile et rapide. Bienvenue au royaume de la consommation organisée par des enseignes de grandes chaînes internationales. Seules quelques petites échoppes donnent un peu de personnalité à cet ensemble déshumanisé.

Au centre de ce nouveau centre : un parking gratuit. Et puis ? La route, ses chantiers et son trafic ininterrompu. La voiture est reine. Effet mécanique de la consommation quand tu nous tiens. Piétons, armez-vous de courage et frayez-vous un passage entre les autos, si vous désirer rejoindre le "temple" Cora. Suivez les grands axes routiers ou aventurez-vous le long des sentiers qui traversent les champs, mais attention, prenez garde aux immondices que vous pourrez trouver sur votre chemin. Si Cora affiche et développe une image clinquante, ses alentours laissent à désirer. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2963 membres et 1710 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus