Premières impressions à Huy

CAM2.jpeg
Olivier Bailly. CC BY-NC-ND.

L'équipe du Médor Tour a visité HUY pendant deux jours en septembre 2019. Elle livre un condensé hautement subjectif de ses premières impressions. Cette ville duale cherche un projet pour relier gauche et droite, politiques et citoyens. Aidez-nous à le trouver !

Le fil est coupé. Le téléphérique ne relie plus rien. Ni le haut ni le bas. Ni la rive gauche, ni la rive droite. Hutoises et Hutois, mais où est la mixité sociale dans la ville ?

Parce que nous l'avons ressentie duale.


D’un côté, un centre commercial désuet, abandonné par les clients et les commerçants. De l’autre, un patrimoine historique prisonnier de ses échafaudages depuis des dizaines d’années…La collégiale et les tours de Batta se font face, mais s'ignorent. De jour, la ville est surtout jeune et se peuple d’environ 40 000 personnes. De nuit, il en reste la moitié : ses habitants. Les jeunes étudient à Huy, mais n’y vivent pas.

Huy a toujours eu une image de ville bourgeoise. Et elle veut plus que tout la conserver. Alors elle cache. Elle ferme les yeux. Et laisse les contrastes s’amplifier.

Telephérique.jpg
Olivier Bailly. CC BY-NC-ND


À gauche, on y voit des jeunes qui trinquent, étudiant à deux pour une chaise, les vols, le centre commercial en discount permanent, des maisons qui se murent dans le silence, des commerces qui s'évaporent le long d’une rue - éventrée par un trou béant -, qui monte jusqu'au New Exotica de «mamy». Et quand même la gare. Et les tox.

À droite, c'est le charme des ruelles historiques, ce sont les services sociaux à deux pas de la Grand Place (mais pourquoi ne s'installent-ils pas plus proches de leurs publics ?), la Grand place donc, des jolis pavés pour de jolies boutiques. Et …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3199 membres et 1064 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus