Chapitre 2 : « Il n’a jamais été question d’une mare aux canards ! »

2019_11_26_bourgmestre_05_72dpi.jpg

Vincent Magnus est le bourgmestre CDH de la Ville d’Arlon et siège au Conseil d’administration de l’intercommunale Idelux, propriétaire de l’ancienne sablière. Il partage la majorité avec le MR. Malgré le très bon score d’Ecolo aux dernières élections, passé de 4 à 7 sièges, Magnus a préféré s’associer aux libéraux. Le désaccord avec les Verts portait notamment sur l’aménagement d’un parking sous la place Léopold.

Vous soutenez le projet de « parc d’activités artisanales » sur le site de la Zad. De quels types d’activités artisanales s’agit-il ?

De nombreuses PME peinent à trouver des espaces pour s’installer dans la région, explique Vincent Magnus. Nous avons des contacts avec un couvreur, un plombier, un ingénieur du son,… La menuiserie Brix a fini par s’installer au Luxembourg. La concurrence avec le Grand-Duché est rude, pour des raisons fiscales mais aussi en raison du manque de place chez nous pour les petites et moyennes entreprises. Je ne vais pas me battre pour attirer des sociétés puis ne pas savoir où les mettre ! Des gens continuent de vouloir investir de ce côté-ci de la frontière, notamment pour des raisons de mobilité.

C’est d’ailleurs comme zone de développement économique que l’ancienne sablière a été vendue à l’intercommunale Idelux, en septembre 2017, pour 3,5 millions d’euros.

L’opération a été votée à l’unanimité par le Conseil communal, et même par les élus écologistes. Il n’a donc jamais été question de transformer ce site en mare aux canards ! Nous avions d’abord des vues sur un terrain situé à Hondelange. Mais des agriculteurs ont rouspété. Ils ont proposé plusieurs autres sites, dont l’ancienne sablière de Schoppach.

La Ville d’Arlon a toujours considéré ce lieu comme une friche industrielle ?

La sablière a cessé ses activités il y a plusieurs décennies. Le terrain est fortement pollué, notamment par les hydrocarbures des engins industriels. Il a aussi servi de décharge à un moment …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2603 membres et 1134 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus