4min

L’amour avec un grand Q

Queer à prendre

EPSON212_2(1)
Morgane Griffoul. CC BY-NC-ND.

« T’es queer et prêt(e) à oublier ton ex ? » Cette question, affichée dans les toilettes de bars, de salles de sport et d’autres endroits LGBTQ+ bruxellois, vient de Cœur à Prendre. Ce projet propose de trouver l’amour hors des applications de rencontre et des milieux festifs.

Diego (prénom d’emprunt) se trouve dans la cuisine de sa coloc’, son endroit préféré. Stan, rédacteur pour Cœur à Prendre, luiqueer pose des questions pour rédiger son portrait. Une photographe saisit Diego sous son meilleur jour. Ses cheveux sont retenus par des barrettes, ce qui souligne la douceur de son visage. L’équipe est aux petits soins pour ce médecin d’une trentaine d’années, arrivé à Bruxelles d’Andalousie, en 2021.

Il s’identifie comme queer — c’est le Q dans LGBTQ+. À l’origine, ce terme était une insulte en anglais signifiant « bizarre », utilisé pour désigner les personnes ne répondant pas aux normes hétérosexuelles, avant d’être repris par les concerné(e)s.

Côté sentimental, Diego est un grand romantique. « J’ai envie de donner et de recevoir de l’amour, de me sentir choisi et de choisir à mon tour, d’avoir une sexualité joyeuse. La vie est plus belle quand on la partage, pas forcément dans une relation de couple traditionnelle. »

Alors, les flyers de Cœur à Prendre sont tombés à point nommé :

  • - Tu veux oublier ton ex ?
  • - Alors comme ça tu cherches l’amour ?
  • - Salut joli cœur, si tu cherches à faire une rencontre qui a du sens et échapper aux diktats du swipe et du like, peut-être qu’on pourrait essayer le slow dating ensemble !

Le slow dating, à contre-courant des applications comme Tinder, c’est prendre le temps de se connaître plutôt que de privilégier des rencontres rapides. Dans Cœur à Prendre, dix profils sélectionnés parmi 26 candidatures seront présentés dans un fanzine. Dès …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3537 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus