1min

El Palacio de Justicia

Poelaert, pas le Pérou

Lima medor
Morgane Griffoul. CC BY-NC-ND.

Le palais de justice de Bruxelles a un petit frère jumeau ! Voici l’histoire de la copie péruvienne d’un édifice bruxellois d’inspiration gréco-romaine pensée par un architecte polonais. Bienvenido a Lima.

Pérou, 1925. Le président Leguía veut marquer le centenaire de l’Indépendance. L’esprit bâtisseur, il lance un appel pour la construction d’un nouveau palais de justice, remporté par un certain Bruno Paprowsky. Polonais d’origine, débarqué à Lima au début du XXe siècle, Paprowsky imagine un pastiche du palais de Bruxelles dessiné par Joseph Poelaert en 1862. Ce bâtiment est alors le plus grand du monde. Le président est séduit, les travaux démarrent en 1928.

Mais comme dans les Marolles, la construction du siège de la Cour suprême liménienne – sur une ancienne prison – n’est pas sans accrocs. Un an après le début des travaux, un coup d’État stoppe net le chantier. La construction reprend en 1937, pour être achevée trois ans plus tard, sans son architecte qui a quitté le pays et sans la coupole de 40 mètres qui figurait sur les plans. Une décennie plus tard, le dôme revient à l’étude, mais il ne sera jamais construit. Paulo Damn, architecte du cru, avance deux théories sur cette absence : le manque de fonds, cas fréquent au Pérou, ou bien la structure qui n’aurait pas supporté le poids de la coupole. La pyramide, que Poelaert avait originellement dessinée à la place de la coupole, eût sans doute mieux collé au style néo-inca, également en vogue à l’époque !

Lors d’une de ses conférences au Pérou, le professeur d’architecture Jean Stillemans (UCL) tombe par hasard sur cet édifice dans le centre historique. Il est frappé par sa ressemblance avec le palais de …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3538 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus