15min

Des milliards de visages

Jean-Michel Decroly

croquis-01
Bihua Yang. CC BY-NC-ND.

Faut-il faire moins d’enfants pour sauver la planète ou plus d’enfants pour sauver nos pensions ? La fécondité est devenue très basse en Belgique et dans de nombreux pays dans le monde, mais la population, belge et mondiale, continue encore d’augmenter. La démographie est un casse-tête politique, économique, environnemental et éthique. Rencontre avec un « géographe de la population ». Tout seul dans son bureau.

« Au fond, qu’est-ce qui vous a poussée à vouloir rencontrer un démographe ? » Jean-Michel Decroly nous a posé cette question, au moment de se quitter. Et c’est peut-être par là qu’il faut commencer… Par un mélange d’impressions, d’infos, d’injonctions qui se contredisent et touchent à une chose fondamentale dans nos vies : avoir – ou non – un enfant. Trois éléments, déjà, pour amorcer la réflexion :

Il y a trop de monde à la piscine. Comme si on était toujours plus nombreux sur les plages, les routes, dans les files des CPAS, les classes de maternelles, les crèches, les caillebotis des Fagnes ou les urgences des hôpitaux. Nos espaces communs et nos services publics semblent saturés. Nous sommes plus de 11 millions d’habitants enregistrés en Belgique. Cela fait, selon Statbel, un million de plus qu’en l’an 2000. Mais les projections des Nations unies laissent penser qu’on arrive à un pic et que la population européenne va commencer à diminuer.

Emmanuel Macron veut des bébés. Plein de bébés. Pas pour lui mais pour la France, qui « sera plus forte par la relance de sa natalité ». Il l’a déclaré en janvier 2024 et en a appelé à un « réarmement démographique ». Chez nous, personne ne réclame une telle armée de gosses. Pourtant, la fécondité y est encore plus basse que chez nos voisines : 1,50 enfant par femme en Belgique pour 1,76 en France (Statbel et Insee). Le seuil de renouvellement des générations se situe …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3538 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus