1min

Les dessous de Cartamundi

A qui profite le Risk ?

Comment deux vieilles familles flamandes ont plié le game mondial des cartes à jouer. Retour sur un coup de poker en Campine.

La société Cartamundi est le leader mondial des cartes à jouer. Elle est belge aussi. Créée par deux familles blindées aux as (les Cartier de Marchienne et les de Somer) en 1970, Cartamundi vit une révolution avec l’arrivée de Chris Van Doorslaer. Passé par l’armée, Unilever et la vente de ciseaux, le CEO, nommé en 1997, va transformer l’entreprise déficitaire en machine à dividendes.

En dix ans, Chris pratique l’« intégration horizontale ». Cela consiste, en gros, à racheter ses concurrents. Cartamundi fait main basse sur une majorité d’imprimeries de cartes à jouer : Suisse, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne et Brésil. Et ouvre des succursales de vente à travers le monde : France, États-Unis, Pays-Bas, Suède, Hongrie, Singapour et Espagne.

Dix ans après l’arrivée du Chris, la société possède 50 % de la production des jeux de société en Europe. Le rachat, en 2019, de United States Playing Card Company (USPCC), le king du jeu aux USA, leur offre la quinte flush royale. USPCC possède Hasbro, une société qui imprime le Cluedo, le Trivial Pursuit ou encore le Risk.

Aujourd’hui, le groupe a toutes les cartes en main avec un quasi-monopole en Europe et aux États-Unis. Total des ventes en 2022 : 650 millions d’euros.

IMG_8551(1)
Que scay-je ?. CC BY-NC

2023, Grand Chelem

Le revers de la médaille de cette « success story » advient en 2023. Après avoir concentré le business, la production est (comme souvent) « rationalisée ». L’Irlande annonce la couleur : la société Waterford, tombée sous la coupe de Cartamundi en …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3444 abonnés et 1875 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus