4min

Trou de poil

L’épilation du SIF

Medor33-6

L’épilation du SIF (sillon interfessier), c’est le défrichage de la région anale, une tendance des années 90 qui continue de gagner du terrain. Caroline travaille depuis sept ans comme esthéticienne et, depuis sept ans, elle épile des contours d’anus.

Je la vois du coin de l’œil, tremper sa spatule dans la cire fondue, enrouler le tout comme du miel fondant. « Voilà, faut bien écarter. » Je suis en position SIF : nombril collé à la table, la joue droite écrasée et les fesses écartées. L’esthéticienne étale la mixture collante, je serre les dents. « Vous avez passé de belles vacances ? » Pas le temps de répondre, en trois coups, c’est fini. « Je vous laisse vous rhabiller et vous pouvez me rejoindre à la caisse. »

Je remets ma culotte, du talc entre les fesses, je viens de me faire épiler le SIF et le pubis par la même occasion. « Vous souhaitez une carte de fidélité ? » Ses collègues me sourient, vêtues d’une blouse blanche avec l’insigne de leur chaîne, Yves Rocher. Leur look médical apaise la gêne de s’être ainsi exposée.

« On en voit tout le temps, c’est comme aller chez le médecin », me rassure Caroline, amie de secondaire devenue esthéticienne. Déformation professionnelle oblige, elle me demande : « Elle t’a épilée comment ? Ah oui, je fais pareil… Sur le ventre, c’est moins impressionnant qu’à quatre pattes. Parfois, je demande aussi à la cliente de se mettre sur le dos et de relever les jambes, puis je la retourne pour vérifier que tout soit net. »

À la chaîne

Malgré ses trois années d’études à l’EFP (centre de formation en alternance) à Bruxelles, Caroline n’a pas appris à épiler intégralement la région du maillot. « Sûrement à cause de l’inconfort que ça pourrait créer avec les profs et le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3431 abonnés et 1855 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus