7min

Maladies professionnelles : le jeu de lois

En Belgique, faire reconnaître sa maladie professionnelle est un véritable parcours du combattant. Rejoignez l’aventure et tentez de gagner une indemnisation de l’Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) ! But du jeu : éviter de tomber dans le trou.

Medor33-8
Medor33-9

Statistiques de jeu

Chaque année, entre 7 500 et 10 000 demandes d’indemnisation sont introduites, pour le secteur privé. En 2019, il y en a eu 7 848. Et chaque année, Fedris indemnise les victimes à hauteur de 230 millions d’euros. Mais qui sont celles et ceux qui ont le plus de « chance » d’être indemnisés ?

★★☆
Joueurs « liste »

Ce sont donc tous ceux qui souffrent d’une des 150 maladies professionnelles reconnues par la loi. Résultat : 4 184 rejets pour 2 227 décisions positives, soit un taux de refus d’environ 65 %. Parmi les « chanceux », 550 se sont vu octroyer une incapacité permanente, 1 109 une incapacité temporaire et 568 personnes ont vu leurs soins curatifs remboursés.

★☆☆
Joueurs « hors liste »

En 2019, il y a eu 909 rejets pour… 7 décisions positives. Soit un taux de refus de 99,23 %.

☆☆☆
Joueurs fantômes

Il n’y aurait que 2 200 malades du travail en Belgique par an ? Ça, c’est si on suit la logique de Fedris. Le phénomène de sous-déclaration est aussi notoire qu’impossible à chiffrer. Les manques d’argent, d’information ou de temps des malades sont les principaux freins.

★★★
Joueurs acharnés

Votre maladie s’est aggravée ? Une nouvelle pathologie s’est développée ? Vous pouvez réintroduire une demande auprès de Fedris. C’est pénible mais les décisions positives sont plus régulières : 513 sur les 798 demandes de …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus