4min

La voix ferrée

Medor33-18

Vous ne la connaissez pas, mais vous l’entendez tout le temps. Dans les gares de Belgique francophone, elle vous accompagne, vous guide, vous annonce même parfois des retards. Béatrice Marlier est la voix de la SNCB.

Bruxelles, aux environs de la gare du Midi. Dans une salle à l’adresse gardée top secret sont aménagés une dizaine de postes de travail composés chacun de huit écrans. C’est ici que les « agents infos trafic » gèrent les messages diffusés en direct dans toutes les gares bruxelloises. Au fond, derrière ses multiples ordinateurs, Frieda Cluytens pilote les annonces des gares Centrale et Nord. « Je suis arrivée en 2012, avant on ‘speakait’ nous-mêmes. Depuis plus de dix ans maintenant, on travaille avec Emma. » Emma pour Electronic Management of Messages and Announcement, le système qui compose les communications à partir d’éléments préenregistrés. « Par exemple, là, un train est annulé, je sélectionne la cause, je propose des alternatives, et hop. Alors… Qu’est-ce qu’elle va chanter ? » Frieda Cluytens allume le baffle dont sort LA voix. « Voie 4 en raison de défaillances techniques, le train IC à destination de Mons et Quiévrain de 10 h 18 ne circule pas aujourd’hui. Le prochain train vers Halle et Braine-le-Comte est le train IC à destination de La Louvière-Sud… » Et comment Frieda imagine-t-elle celle qui se cache derrière ce timbre clair ? « Je ne sais pas pourquoi, je la vois blonde, entre 50 et 60 ans comme ça. En tout cas, elle me rassure, je l’aime bien. »

La force de la banalité

Schaerbeek. Nous retrouvons Béatrice Marlier, 55 ans, cheveux blonds au vent (dans le mille, Frieda !), sur une terrasse de café. Aujourd’hui, elle enchaîne les studios. Voix de la SNCB, ses cordes vocales servent également tout un tas …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3576 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus