10min

Le port qui rend malade

Pollution à Anvers

Anvers-4
Colin Delfosse. CC BY-NC-ND.

La pollution causée par TotalEnergies, ExxonMobil, BASF et d’autres entreprises (pétro)chimiques opérant dans le port d’Anvers cause chaque année entre 1,2 et 3,3 milliards d’euros de dommages. C’est ce qui ressort d’une étude menée par le média flamand Apache et son partenaire néerlandais Follow the Money. L’air pollué affecte les cultures, endommage les bâtiments et augmente les coûts des soins de santé.

Stan Maes a 16 ans. Il habite à Zwijndrecht, non loin du port d’Anvers, à deux kilomètres de l’usine chimique 3M. Il a récemment appris que son sang contenait 2,5 fois plus de PFOS (l’un des PFAS les plus nocifs) que le seuil de sécurité. C’est également le cas des autres jeunes de la région, qui sont dès lors confrontés à une puberté tardive, un retard de croissance ou une déficience immunitaire, comme le révèle une étude réalisée par le gouvernement flamand.

Stan n’est pas touché par ces problèmes, mais les polluants sont là, bien présents dans son sang, comme une bombe à retardement qui pourrait exploser à tout moment. Le test sanguin à grande échelle réalisé auprès de 3M établit un lien direct entre la pollution chimique et les effets sur la santé.

« Les PFAS s’accumulent dans le sang, ce qui les rend relativement faciles à détecter », explique le professeur émérite Nicolas Van Larebeke (spécialiste du cancer à l’Université de Gand et à la Vrije Universiteit Brussel). Voilà cinquante ans que ce toxicologue étudie les effets de la pollution environnementale sur notre santé. Considéré comme une référence dans le domaine, il conseille le gouvernement flamand depuis des années. « Les recherches montrent que le cancer est de plus en plus fréquent, curieusement surtout chez les jeunes. La plupart des cancers sont diagnostiqués chez des personnes âgées de 70 à 74 ans. Mais c’est chez les moins de 24 ans que la croissance est la plus forte, avec une augmentation de …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3486 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus