2min

La multiplication des grottes

Morceaux de Lourdes en Belgique

Grottes-9
Colin Delfosse. CC BY-NC-ND.

Au début du XXe siècle, plus d’un millier de grottes de Lourdes sont apparues aux quatre coins du pays. Un miracle ? Mieux, un record.

Été 1858. Bernadette Soubirous voit apparaître 18 fois la Vierge Marie dans la grotte de Massabielle, à Lourdes. Ce bout de rocher des Pyrénées sera ensuite copié partout sur terre, mais surtout en Belgique, où l’on dénombre plus de mille répliques. Comment sommes-nous devenus ces champions de la grotte ?

Dès 1873, les premiers pèlerinages s’organisent : des trains spéciaux sont affrétés de toute l’Europe vers Lourdes. De nombreux prêtres belges reçoivent le voyage en cadeau et reviennent avec un petit morceau de grotte sacrée. « 90 % des grottes construites en Wallonie sont des grottes ex-votives », explique Gabriel Pirlet, l’un des rares rocailleurs encore en activité en Belgique (la « rocaille » est l’art de reproduire des éléments de roche avec du mortier). Elles comportent donc un petit fragment de la grotte de Lourdes.

La caverne de Blaton

De retour au pays, ces prêtres convainquent leurs ouailles de financer les constructions de copies de la grotte. Et font naître une fascination populaire savamment entretenue par l’Église catholique.


À cette époque, la Belgique est en effet au firmament de sa puissance industrielle et les associations ouvrières se structurent. Face à ce péril rouge, l’Église opte pour une stratégie de reconquête par… la Vierge. Le voyage vers Lourdes est onéreux et la Dame blanche tarde à se faire voir en Belgique ? Qu’à cela ne tienne : on fait donc venir Lourdes en Belgique.

Le pragmatisme catholique est épaulé par un miracle industriel. À la même époque, l’entrepreneur Adolphe Blaton acquiert le brevet du ciment Portland. Une invention qui …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2090 abonnés et 1802 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus