12min

« Les citoyens doivent reprendre la main sur l’énergie »

Interview de Fabienne Marchal, administratrice déléguée de Cociter

Fabienne-1
Nicolas Clement. CC BY-NC-ND.

« L’énergie a quitté les mains belges depuis longtemps ! » Fabienne Marchal n’a pas attendu la flambée des prix pour « flipper »… Mais son « flip », elle en a fait un moteur. Depuis 2007, cette ingénieure des mines passée par l’administration wallonne tente de relocaliser l’électricité, grâce à un modèle : la coopérative citoyenne. Elle est un des fers de lance du fournisseur Cociter, qui, depuis la guerre en Ukraine, a vu son nombre de clients exploser.

En avril dernier, quand on allait sur leur site, le message était clair : « Cociter n’est plus en mesure d’accueillir de nouveaux clients à la suite de l’énorme affluence de ces dernières semaines. » Repassez plus tard, donc. Jusqu’en 2022, cette coopérative citoyenne d’énergie, qui promet une électricité 100 % verte, locale et citoyenne, était méconnue des consommateurs scotchés à leur vieux contrat Engie. Mais voilà, Poutine a envahi l’Ukraine, les prix du courant se sont envolés et des milliers de nouveaux clients ont afflué. Pourquoi ? Parce que Cociter a décidé de plafonner ses prix. Et semblait éthique, en plus. Mais la coopérative, un brin débordée, a dû aussi plafonner… son nombre de clients. 10 000, c’était son « max ». Car elle s’est engagée à ne fournir que le volume moyen produit chaque année par ses quinze coopératives productrices d’énergies partenaires. Et donc, à ne pas aller chercher de l’électricité grise (non renouvelable) sur l’impitoyable marché de l’énergie. Au mois de mai, Cociter a pu rouvrir les vannes et accueillir de nouveaux clients.

Même si on est encore loin du compte, Fabienne Marchal, son administratrice dé­léguée, rêve d’établir Cociter et le modèle coopératif en contre-modèle. Pas étonnant qu’on ait découvert, en préparant cette interview, que Cociter avait 40 parts chez Médor (ce qui n’a rien changé à nos questions, mais comme ça c’est dit).

Ingénieure des mines, Fabienne Marchal a été l’une des premières femmes à pouvoir descendre ausculter des veines de charbon, en Flandre, en 1983. À l’agonie des charbonnages, elle rebondit à …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3511 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus