10min

Le coin des chiens

Jusqu’au XXe siècle, l’Église a régné sur nos cimetières, reléguant les laïques et autres « pécheurs » dans des parcelles distinctes. Aujourd’hui, ce patrimoine funéraire laïque est souvent laissé à l’abandon et finit par disparaître. Mais ce n’est pas une fatalité. Le magazine flamand Knack a enquêté sur les « coins des chiens » de nos cimetières, la stèle d’une vieille figure du journalisme et le sort des columbariums décrépis.

VrijzinnigFunerairErfgoedDT02
Dieter. Tous droits réservés

Le cimetère de Bassevelde

L’Église catholique a eu pendant des siècles le monopole de l’inhumation en Belgique. D’abord dans l’enceinte des églises, puis, à partir de la fin du XVIIIe siècle, dans des cimetières établis hors du centre. Le prêtre bénissait le terrain, à l’exception d’une petite parcelle, souvent séparée par une haie ou un mur. C’était là qu’étaient enterrés les pécheurs de tous poils : les laïques assumés, les criminels, les suicidés, et même les enfants morts non baptisés. Il en allait ainsi dans de nombreuses paroisses. Les pécheurs recevaient une tombe nue, anonyme, à l’extrémité du cimetière, bien souvent au nord ou au nord-ouest : dans les coins spongieux car moins ensoleillés.

Symboliquement, cet emplacement sombre et reculé était lourd de signification, et fut bientôt surnommé le coin des damnés, des gueux ou des chiens, c’est-à-dire l’endroit où les pécheurs étaient enterrés comme des chiens. À la fin du XIXe siècle, quand libéraux et catholiques livraient une lutte de pouvoir politique acharnée en Belgique, ces « coins des chiens » constituaient un thème important dans les campagnes électorales. La plupart des libéraux défendaient l’égalité de tous jusqu’après la mort et plaidaient donc pour l’abolition de cette pratique. Certains notables libéraux, voulant poser un geste fort, prirent même le contre­pied et se firent enterrer le plus loin possible à l’écart des autres sépultures. Les parcelles non bénies disparurent finalement au tournant …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3512 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus