4min

La vie d’une plume

De l’autruche aux Gilles de Binche

HOPK24907-2019CL17

Afrique du Sud, Klaarstroom, 2019. Poussins de six semaines sur une ferme de 3 000 à 4 000 autruches.

Rip Hopkins. CC BY-NC-ND.

Un oiseau exotique s’est invité dans le folklore belge : l’autruche. Et plus particulièrement ses plumes, qui coiffent les Gilles de Binche. Le photographe Rip Hopkins a documenté cette filière aviaire, d’Oudtshoorn à Binche.

Les Gilles de Binche, tout le monde connaît. Folklore pluricentenaire, « chef-d’œuvre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » reconnu par l’Unesco et savoir-faire ultra-local. Leurs blousons, ceintures et sabots racontent nos contrées. Mais à ce que Médor sache, les plus gros oiseaux du monde ne gambadent pas dans les forêts hennuyères. Comment leurs plumes se sont-elles fichées sur les têtes des Gilles ?

« C’est l’argent, hein », rétorque Karl Kersten, pragmatique. Lui et sa famille sont « louageurs » depuis cinq générations, c’est-à-dire qu’ils confectionnent (et louent) les costumes des Gilles ainsi que leurs coiffes. « Au départ, on prenait des plumes du poulailler ou du bois d’à-côté. » Au XIXe siècle, la ville de Binche est bourgeoise et « le Gille est devenu un personnage important. Il y avait une concurrence entre Gilles et ils mettaient alors des bijoux de famille sur leurs chapeaux pour montrer leurs richesses ».

Frimeurs, les Gilles auraient choisi le panache d’autruche précisément parce qu’on n’en trouve pas par chez nous. Principe d’économie de base : la rareté fait la valeur. À cette époque, un kilo de plumes d’autruche valait plus qu’un kilo d’or ! Les usages de la plume sont multiples, mais avant tout décoratifs. Délicates et précieuses, leurs qualités bouffantes étaient d’un raffinement des plus manifeste. « On sait que la plume d’autruche est là depuis très longtemps : Marie de Hongrie (1505-1558, ndlr), la sœur de Charles Quint, habitait Binche et en portait déjà », gage Karl Kersten. On les retrouvait tantôt sur les heaumes, tantôt sur les vêtements de divers rois Louis …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3588 abonnés et 1918 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus