2min

La quadrature du sucre

ENQUETEKE
Quentin Dufour. CC BY-NC-ND.

Le morceau dur a propulsé Tirlemont et ses betteraves comme capitale du sucre au début du XXe siècle. Cent ans plus tard, un homme l’a brisé en deux.

Qui n’a jamais trempé son suc’ dans sa jatte ? Cette délicatesse, connue sous le nom de canard dès la fin du XIXe, doit tout à la Raffinerie tirlemontoise, auguste institution établie depuis 1836. À cette époque, le sucre ne se vend qu’en poudre ou en pain de sucre. En 1902, un Belge va révolutionner notre consommation de glucose en inventant « le morceau dur ». Théophile Adant est en effet le premier homme à mettre au point un processus de plaque de sucre. L’invention du morceau n’est – en fait – pas la sienne : un certain Jakub Kryštof Rad l’a précédé en 1843. Mais l’ingéniosité de son procédé à base de sirop fera de la Belgique le centre du carré. « Les morceaux Adant étaient coriaces, bien plus solides que ses homologues français et anglais », explique Philippe Schmidt, ancien chef de l’usine de Wanze (Tirlemont), dont le père et le grand-père ont travaillé à la raffinerie.

Le procédé Adant dure. Jusqu’au milieu des années 70, les « harde klontjes » font la renommée mondiale de l’entreprise. Puis tout bascule. La méthode d’abord : les petits carrés sont désormais agglomérés un par un selon la méthode française de Chambon, l’éternel concurrent d’Adant.

La raie au milieu

Ensuite, la question des conséquences du sucre pour la santé s’invite à table : « Au début des années 90, on a commencé à faire attention, à dire qu’il fallait consommer moins de sucre. Beaucoup de personnes cassaient leur morceau, ce qui était plutôt dur à faire », raconte Phillipe Schmit. Le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3461 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus