9min

La nature du Prince

Charles-Antoine de Ligne

PROJET QUI FACHE-selec3
Quentin Dufour. CC BY-NC-ND.

C’est l’histoire d’un prince du Hainaut, de son mégaprojet touristique au cœur d’un espace naturel préservé et d’une contestation citoyenne qui a fini par s’essouffler. Your Nature, c’est un conte de fées qui vend du rêve à coups de vagues artificielles, ski nautique, cottages avec piscine… quitte à transgresser quelques règles.

Il était une fois, dans une commu­ne nommée Antoing, un prince qui s’appelait Charles-Antoine de Ligne. Il vivait dans un magnifique château et possédait une forêt de 350 hectares au cœur du Parc naturel des plaines de l’Escaut, où les saules têtards côtoyaient les prairies bocagères. À 22 ans, il avait hérité de cette immense étendue d’arbres appartenant à son illustre famille depuis des générations. C’était l’un des derniers lieux de la région où l’on pouvait encore observer une grande diversité d’oiseaux et de plantes rares. Pendant plus de quarante ans, l’altesse se lança dans le commerce de bois et l’extraction de sable. Cette forêt était aussi son terrain de chasse, un bien joli loisir qu’aimait tout autant son fils aîné Édouard. En princes généreux, ils firent un jour le rêve de « partager » leur petit coin de verdure. Leur idée : le transformer en « Centre européen des sports de nature et de glisse ».

Leur imagination était sans limites : une double piste de ski indoor (la plus longue d’Europe) dominant la plaine de l’Escaut de 67 mètres, 800 cottages avec piscine, un hôtel de 110 lits, du surf sur vague artificielle, une patinoire géante. Et paf, ici un auditorium de 400 places, là une galerie commerciale enjamberait le canal Nimy-Blaton-Péronnes par l’élégante magie d’une passerelle. Il y aurait aussi quelques bons restaurants… Aaaaah, ce cadre féerique, ils le voyaient déjà. Les nobles bienfaiteurs, qui étaient aussi des hommes d’affaires confirmés, se réjouirent du nombre d’heureux qu’ils allaient …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3404 abonnés et 1862 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus