15min

Franquin : contrats et dégâts

Screenshot_20230502_112525
Franquin © Dupuis, Dargaud-Lombard, 2023. Tous droits réservés.

Un auteur bouffé tout cru par des requins de la finance : le dessin de notre couverture, réalisé en 1985, est de Franquin et tient presque de la prophétie au regard de ce que l’auteur vivra ensuite, jusqu’à sa mort. Une période marquée par la cession de tous ses droits, et rarement racontée jusqu’ici sous l’angle des affaires. Des affaires remplies d’hommes de l’ombre et d’abus. Et une drôle d’histoire, faite de contrats et d’idées noires.

L’image est forte. Parce qu’elle est aussi triste que l’auteur est immense : quelques semaines avant sa mort (le 5 janvier 1997, deux jours après son 73e anniversaire), l’homme est assis, seul, voûté, à sa table. Il approuve, péniblement, des cartes postales à l’effigie de Gaston. Des dessins détourés, sans grand charme, accompagnés de slogans évidemment réducteurs, incapables de saisir toute la complexité et l’énergie de ce personnage prétendument paresseux, création la plus personnelle et travaillée de Franquin. « Bientôt les vacances ? » « Mille et un bisous pour ton anniversaire. » « Dur le lundi ! » Un dernier album est sorti quelques mois plus tôt, accompagné d’une tournée presse harassante, mais André n’a plus dessiné la moindre planche de Gaston depuis cinq ans. Il valide des produits dérivés, des albums qui ne sont plus de lui, des impressions textiles. Il griffonne encore des « doodles » (petits dessins automatiques et abstraits) et parfois des crobards dans des courriers personnels. Ici, un petit Gaston pendu ; là, un auteur lui aussi avec la corde au cou…

Une douzaine d’années séparent ces petits croquis tragiques et le requin mangeur d’auteur que Franquin dessine en 1985. Se doute-t-il, déjà, de ce qui l’attend ? Au cours de cette décennie, l’auteur le plus important de l’histoire de la bande dessinée belge avec Hergé va vendre la quasi-totalité de ses droits d’exploitation à Marsu Productions, une structure éditoriale créée pour l’occasion par un homme d’affaires belge, mais résident monégasque, Jean-François Moyersoen. Vente qui se fera en deux temps, en 1986 et 1992, et dont …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3486 abonnés et 1883 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus