3min

OH BOY

La transition de Jayson

Simon Loiseau a réalisé une série photographique autour de la transition de genre de son ami Jayson. Une histoire en images pour raconter les corps, les masculinités et la complicité. Entretien croisé.

Nous retrouvons Simon et Jayson dans la petite cuisine du photographe à Forest. Les deux se connaissent depuis une dizaine d’années. Anciens collègues dans le domaine de l’horeca, ils sont devenus amis. De leur lien, de leur proximité est né « Oh Boy », un véritable dialogue photographique autour de la transition de genre de Jayson (FTM pour « Female to Male », donc du féminin vers le masculin même si c’est plus complexe que ça).

L’adieu aux seins

Il y a trois ans, lorsque Simon reprend ses études de photographie, Jayson lui demande de documenter sa transition. « Je souhaitais garder une trace. J’ai beaucoup de mal avec les selfies. Aussi, j’avais envie d’un autre regard que le mien. Il y avait déjà une complicité entre nous, c’était bien qu’elle puisse se poursuivre à travers ce projet. »

Les prises de vue sont réalisées, mois après mois, ici même chez le photographe. Certaines sessions ont une vocation plus artistique, d’autres plus documentaire. À chaque fois, Simon propose des idées d’esthétiques à partir de différentes symboliques, matières, surfaces, pour évoquer la chair, le corps, la transparence. « Avant de commencer les séances photo, on discutait beaucoup. C’est l’histoire de Jayson, son corps, sa vie, je voulais le respecter au maximum et ne pas m’approprier son récit. On prenait les photos en fonction de l’état dans lequel on était tous les deux, c’était très important de mener ce projet ensemble. »

Aujourd’hui, dans la petite cuisine, …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3404 abonnés et 1862 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus