4min

Les petites sœurs surveillent

Parler d’amour et de sexe à Anderlecht

Medor_illu_sexe_final_2
Rémi Calmont. CC BY-NC-ND.

« L’expérience avant le mariage, c’est pécher ? Et si, à la nuit de noces, la fille n’a pas envie ? » Des adolescents issus de quartiers populaires de Bruxelles parlent d’amour et de sentiments. Très simplement.

L’idylle idéale « commence avec quelqu’un que je croise souvent, un voisin. On s’apprécie, on se parle longtemps. Ça dure trois mois. Nos mères se croiseront à la boulangerie et parleront de nous. Elles nous laisseront nous voir chez l’un, chez l’autre. On grandira ensemble. À nos 18 ans, on sera dans le hlel (le mariage religieux). On sera bien. »

Comme cette adolescente de Cureghem (Anderlecht), des jeunes partagent leur vision de l’amour au micro de Comme un lundi, une association dédiée à la réalisation sonore et visuelle. Ses podcasts « Sexpowerment », « Faut (d)oser » et « À l’Ouest » explorent ce thème difficile. « Les animateurs de quartier avec qui nous travaillons ne sont pas toujours à l’aise pour parler de sexualité avec les jeunes. La radio permet de libérer cette parole », explique Sarah Segura, cofondatrice de l’asbl.

L’honneur au bout des doigts

Dans Sexpowerment, cinq spécialistes concernés par l’amour dans ces quartiers témoignent. Parmi eux, Hayat El Aroud, éducatrice spécialisée à la maison de quartier Les Pouces à Cureghem, et Ihssan Himich d’Arab Women Solidarity Association (AWSA), une association qui milite pour la promotion des droits des femmes originaires du monde arabe. Celles-ci dénoncent l’effet nocif des téléphones sur l’intimité.

Même si ces derniers nous connectent à l’amour, ils menacent aussi la réputation des jeunes filles ou de toute personne dont le comportement sexuel sort des normes socialement attendues. Il suffit alors d’une photo sur les réseaux sociaux …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2651 membres et 1757 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus