11min

La crèche, un puissant lieu de pouvoir

web-couv
Margaux Le & Toni Gommette. CC BY-NC-ND.

Ohé les jeunes parents qui bossent. Vous galérez à trouver une crèche ? Sachez que ça ne va pas forcément s’arranger. Le nombre de places va augmenter, mais il faudra les partager avec les familles en situation de pauvreté. Car il n’y a rien de plus efficace, pour lutter contre les inégalités sociales, que de tout miser sur les bébés.

Et donc les jeunes parents qui travaillent n’ont pas la priorité pour l’accès à la crèche alors que c’est déjà galère ? Mais on vit dans quel monde ? » Par ce tweet daté du 14 septembre 2022, Nuino Ismaël, président de Génération engagée (anciennement les Jeunes cdH), balance sa purée à la tête de la ministre écologiste de l’Enfance, Bénédicte Linard. La veille, celle-ci avait rappelé au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) que non, face à la pénurie de places en crèches, l’idée n’était « absolument pas » de donner la priorité aux parents qui travaillent. L’intérêt des enfants doit aussi être pris en considération.

Plof plof. La purée fait des taches. Des dizaines de twittos effarés réagissent :

  • « Quel est l’intérêt de mettre ses enfants à la crèche si on ne travaille pas ? Se taper les épisodes de Plus belle la vie peinard ? »
  • « Je ne comprends pas le raisonnement. Si l’enfant est au centre des préoccupations, sa place est auprès de ses parents, non ? »

L’incompréhension de ces internautes est totale. Sans doute parce qu’on use des imprimantes et des écrans à s’interroger sans cesse sur le rôle de l’école, mais qu’on débat rarement de la fonction et de l’impact potentiel des crèches sur les enfants. Trouver une place ou pas : le problème pour les parents est tellement crucial qu’on s’arrête souvent là. Et il faut en effet qu’on s’y attarde un peu.

Travailleurs sans crèches

En Belgique, seule une minorité d’enfants fréquentent un milieu d’accueil (crèches, accueillantes, maisons d’enfants, etc.) avant leur …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : abonnez-vous à Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3511 abonnés et 1880 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus