9min

Le bourgmestre et les gueulards

L’urbanisme selon Hugues Ghenne, à Orp-Jauche

Il décide de tout, tout seul. Des permis de bâtir, par exemple. Quoi, quelque chose à dire ? Vous êtes un râleur, un gueulard. À Orp-Jauche, il vaut mieux être ami avec le bourgmestre Hugues Ghenne. Sinon, gare à vous.

Presque à mi-chemin entre Bruxelles et Liège, aux confins orientaux du Brabant wallon, trois provinces se touchent et la quatrième commence plus au sud. Mais ce sont bien les vallons brabançons que l’on aperçoit. Des terres agricoles à perte de vue. Au bout de quelques kilomètres, les premiers villages apparaissent. Noduwez d’abord, puis Marilles, Énines, Jauche. Enfin, nous y sommes. Orp-le-Grand. Sur sa place principale – un parking à l’air libre – trône la maison communale, un bâtiment modeste en brique rouge. En ce matin de novembre 2021, des bruits de voix venus de l’intérieur se font entendre. Et pour cause : un intrus est entré dans le back-office de la commune. Il s’agit de Timothy Delodder, Waregemois d’origine et propriétaire d’un terrain dans le coin. Consultant en informatique, son métier le faisait beaucoup voyager avant que le Covid ne change la donne. Ayant plus de temps libre, il s’investit alors bénévolement pour aider les sinistrés des inondations de juillet 2021. En sillonnant la Wallonie, un projet germe dans sa tête : s’y installer et bâtir sa maison dans l’espoir de construire une famille. Il choisit Orp-Jauche pour sa relative proximité avec Bruxelles, sa nature et ses prix attractifs.

Mais depuis, rien ne se déroule comme prévu. Le trentenaire est en conflit ouvert avec la commune. Il jure de se plier à toutes les exigences urbanistiques en vigueur, mais …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2590 membres et 1747 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus