La foire aux fantaisies

Fancy-fair, qu’en faire ?

fancyfaire4
Melek Zertal. Tous droits réservés.

Tombola, château gonflable et danse des animaux : en Belgique, la fête de l’école s’appelle « fancy-fair ». D’où sort donc cette expression anglaise, inconnue des anglophones ?

Qu’on prononce « fancy fééér » ou « fane si fèrrre », peu importe. D’Anvers à Arlon, c’est comme ça qu’on désigne la fête de fin de l’année à l’école. Mais pourquoi cet anglicisme ?

Guy (70 ans), vendeur d’escargots à la foire du Midi : « I don’t know. Ik weet het niet. C’est comme tous ces gens crevés qui se mettent à dire qu’ils ont des “burn-out”. » Ça, Guy, ça lui casse les pieds. Mais « fancy-fair », on a toujours dit comme ça. « Il y avait même une grande fancy-fair à l’école américaine de Bruxelles, avec des types accoutrés comme des Américains, avec casquettes et tout le bazar. » Aujourd’hui, ni les Américains à casquette ni les Anglais n’utilisent plus cette locution qui, littéralement, pourrait se traduire par « foire aux fantaisies ».

Le dictionnaire des belgicismes de Michel Francard nous assure que « fancy-fair » subsiste en Belgique et à l’île Maurice et en donne cette définition : « Fête de bienfaisance au profit d’une école, d’une association ». L’équivalent en français de référence serait « kermesse ». Mais, en Belgique, « kermesse » désigne plutôt une fête patronale, une fête foraine ou un critérium cycliste, sans notion de bienfaisance, donc. Pas simple.

De la broderie aux pains-saucisses

« Fancy fair » a bien été utilisé avec cet accent de bienfaisance en anglais. The lady’s bazaar and fancy fair book, publié à Londres en 1880, donne ainsi aux ladies des idées d’objets à broder ou à crocheter pour récolter des fonds pour une église ou une œuvre de charité. L’emprunt du français à l’anglais date probablement de cette …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus