11min

Le défi des épluchures

Déchets alimentaires à Bruxelles

petite_2_v2_300_dpi.jpg
Gary Colin. CC BY-NC-ND.

Trognons de pomme, pelures de carotte, mouchoirs en papier… Les déchets organiques représentent la moitié du poids total des sacs blancs à Bruxelles. Compostage, biométhanisation : citoyens et autorités se divisent sur l’avenir qu’il faut leur donner.

Dans l’épicerie de quartier Roots, à Schaerbeek, les clients arrivent aussi chargés qu’ils repartent. Ils sont invités à jeter leurs déchets organiques dans un bac à compost installé devant le magasin, baptisé le Back to Roots. Les déchets organiques ainsi récoltés sont renvoyés à un maraîcher bio de la région pour enrichir son sol et faire grandir ses arbres dont les fruits nourriront les clients. Et hop, « la boucle est bouclée », comme aime à le dire Hannah Willsher, cofondatrice du lieu. C’est le premier magasin bruxellois qui s’essaye à la recircularisation de ses biodéchets. À l’instar de Roots, ces dernières années, les initiatives citoyennes de tri de déchets organiques se sont multipliées dans la capitale.

Mais il va falloir accélérer le tri des biodéchets, et rapidement. En effet, une directive européenne impose aux États membres de veiller à ce qu’ils soient triés et recyclés à la source – c’est-à-dire là où ces déchets sont produits, dans les ménages ou entreprises – d’ici au 31 décembre 2023.

Bruxelles à la traîne

On est loin du compte. À Bruxelles, la Région prend son temps. Le sujet a beau être sur la table du gouvernement depuis plus de dix ans, le changement est lent. Aujourd’hui, 90 % des déchets organiques bruxellois sont encore incinérés. « Un véritable gâchis », se désole Simon De Muynck, scientifique et coordinateur de l’opération Phos­phore. Nommé d’après l’un des principaux nutriments présents dans les déchets organiques, ce projet vise à promouvoir et à améliorer la collecte, le traitement …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2518 membres et 1730 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus