11min

Un cou de génie

Portrait d’Alaaddin Yilmaz

20220316-AlaaddinYilmaz-TEMMERMANSTEFAAN-0009 (double ).jpg
ID/Stefaan Temmerman. Tous droits réservés.

À Hasselt, le chirurgien cardiaque Alaaddin Yilmaz est le seul praticien au monde capable d’effectuer toutes les opérations du cœur sans ouvrir le sternum des patients. « Mais si vous me croisez chez Action, panier sous le bras, vous ne verrez qu’un étranger comme un autre. »

De tous les médecins spécialistes qui ont défilé dans l’émission Topdokters, sur la chaîne flamande Vier, Alaaddin Yilmaz est celui qui a le plus marqué les esprits. Il faut dire que notre cœur est « l’organe » par excellence et que nous n’avons aucune envie de le laisser entre de mauvaises mains. Le Dr Yilmaz évite à ses patients d’avoir le sternum ouvert, et, donc, de subir de longs mois de revalidation. Ce chirurgien un peu spécial opère le cœur en pratiquant une petite incision. Ses patients affluent de partout pour être opérés à l’hôpital Jessa, de Hasselt. Ils viennent de Belgique, mais aussi d’Allemagne, des Pays-Bas ou même de Russie. Le patient qui nous a précédé dans le très sobre cabinet du spécialiste venait de Bulgarie. Il avait pris soin d’apporter un gigantesque pot de miel de sa récolte personnelle.

Combien de cardiologues maîtrisent cette technique ?

Des chirurgiens capables de réaliser toutes les opérations du cœur en passant par un petit trou ? Un seul. Moi. (Il sourit avec satisfaction.) Cela peut sembler présomptueux, mais je ne suis pas du genre à plastronner. Je n’attends pas que tout le monde s’écarte quand j’entre dans une pièce. Mais n’est-il pas nécessaire que les patients sachent tout ce qu’on peut faire aujourd’hui ? Qu’ils sachent enfin qu’une opération du cœur n’oblige pas à ouvrir le sternum.

Comment se fait-il que vous soyez le seul à maîtriser cette technique ?

Il faut bien que quelqu’un soit le premier, je suppose. N’est-ce pas valable dans tout …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2900 membres et 1739 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus