16min

« Je ne sais pas qui a tapé »

Violences policières

double page (proposition 1)-03.jpg
Paul Peyrolle et Jules Rousselet. CC BY-NC-ND.

Autopsie d’une banale violence policière. Cette fois, elle a été jugée. Mille fois, c’est l’impunité qui gouverne.

Quand Ali rencontre Antoni

« Nous devions veiller au calme dans le quartier, décrit Antoni, 28 ans, au moment de son audition stressante par un autre policier. Nous étions orientés sur Stalingrad et Lemonnier avec pour mission d’interdire tout rassemblement en raison de la pandémie. Il y avait eu des incidents opposant des migrants au voisinage. » Antoni en est à son septième mois au sein de la zone Bruxelles-Capitale Ixelles. Il a signé pour sept ans. C’est un « bleu », venu d’une ville de province et entré chez les policiers un an et demi plus tôt. Alors quand deux ou trois hommes ressemblant à des migrants rechignent à rentrer chez eux (mais où ?), le combi de police s’arrête, freine sec. Mais un tel véhicule, c’est pas fait pour les marches arrière express, a raconté le chauffeur. Dès lors, le bleu se met à courir. Il court, il court. Pour maintenir l’ordre ? Pour se faire valoir auprès des deux collègues à l’avant de la camionnette Mercedes ? Antoni est aidé par une autre patrouille. Il interpelle un jeune homme à l’entrée d’une bouche de métro. Nous sommes le 21 avril 2020. Dix jours après des émeutes violentes à Anderlecht, consécutives à la mort du jeune Adil, survenue à l’issue d’une course-poursuite avec des policiers.

Dans Flic, publié en octobre 2020, le journaliste français Valentin Gendrot ressemble à Antoni. En immersion pendant deux ans, il y a raconté autant le racisme ordinaire que le vide existentiel au sein d’un commissariat basique du centre …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2688 membres et 1731 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus