1min

Pêche miraculeuse

ENKETEKE600.jpg
Quentin Dufour. Tous droits réservés.

Thon. Pêche. Mayonnaise. Ce subtil mélange mer-terre-mayo en tube est à la cuisine belge ce que Jean-Luc Dehaene est à la politique : un compromis à l’ancienne. Mais comment a-t-il atterri sur nos tables ?

Dès le IIe siècle avant Jésus Christ, les Grecs se mettent à pêcher le thon, nous rappelle le grand Larousse gastronomique. « Du latin thunnus, lui-même dérivé du grec vitesse, le thon peut parcourir en moyenne 200 km par jour », précise-t-il encore. Une distance risible comparée au trajet que font aujourd’hui nos conserves : 9 000 km a minima. Les plus gros producteurs des boîtes de thon consommées aujourd’hui chez nous sont le Japon, l’Indonésie et les Philippines. Concernant les pêches, le guide nous informe qu’elles étaient très à la mode sous l’Empire, donnant lieu à des desserts raffinés. Mais, de leur rencontre avec le scombridé (aka, le thon) sauce mayo, pas une ligne. Malgré leur succès en boîtes. Sur la liste Wikipédia de la cuisine belge, les pêches au thon figurent en effet dans le top trois des entrées.

Un mets émancipateur

Ce mets de choix, plébiscité lors des communions et des fêtes de famille, doit tout à l’essor de l’agro-industrie, à partir des années 1950-1960. L’arrivée des conserves dans les supermarchés rencontre les besoins d’une époque : rapidité, facilité, économie. Les fruits exotiques et saisonniers deviennent disponibles à l’année. Les Belges, friands de sucré-salé, ont alors eu l’idée audacieuse de mixer les conserves de pêches et de thon. Le monstre était né.

Pour Elisabeth Debourse (podcast Salade Tout), les pêches au thon s’inscrivent dans un mouvement pour l’émancipation des femmes : « C’est un plat entièrement à base de produits industriels. C’est rapide à préparer et …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2976 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus