12min

L’économiste tout-terrain

Jean Drèze. La recherche-action pour changer le monde

jeandreze.jpg

Jean Drèze dans sa maison, à Ranchi.

Taha Ahmad. Tous droits réservés.

Né à Louvain, Jean Drèze est l’un des économistes les plus influents de notre époque. Il vit depuis près de 40 ans en Inde. Il y a contribué à ce que des centaines de millions de personnes vivant dans la pauvreté obtiennent des droits fondamentaux. Sa méthode : la recherche-action. Avec pour objectif de changer le monde.

« La plupart des gens sont égoïstes. C’est du moins ce qu’on peut conclure lorsqu’on parcourt la théorie économique dominante sans grande préparation ni connaissances. » C’est ainsi que s’ouvre Sense and Solidarity, l’essai que Jean Drèze a consacré au développement et au choix de l’intérêt général. Notre économie est fondée, en théorie tout du moins, sur la poursuite de l’intérêt personnel pour des raisons rationnelles. Jean Drèze soutient, pour sa part, que des individus bien réels choisissent aussi, avec au moins autant d’arguments valables, l’intérêt public et le bien commun.

Il se garde toutefois de s’en affirmer la preuve vivante. En fait, il parle le moins possible de lui-même – ce qui certes l’honore, mais ne se justifie pas tout à fait. C’est aussi l’avis de l’économiste et philosophe indien Amartya Sen, qui connaît bien Jean Drèze. Quand Sen a reçu le prix Nobel d’économie en 1998, il a déclaré : « Au milieu des années 80, j’ai collaboré abondamment avec Jean Drèze, un jeune économiste belge aux capacités exceptionnelles et au dévouement remarquable. Mes conceptions de la faim et du dénuement doivent beaucoup à ses idées et à ses études, au même titre que mes récents travaux sur le développement, que j’ai menés en grande partie avec lui. »

Avec l’humour pince-sans-rire et le sens de l’effacement caractéristiques qu’ont en commun les deux hommes, le lauréat ajoutait : « Non seulement ai-je beaucoup appris de ses initiatives inventives et de sa rigueur sans faille, mais il est difficile de trouver meilleur arrangement collaboratif que …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2974 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus