14min

Avis de non-recherche

A-t-on tué Jessica M’Nasri ?

1-Vase-vide.jpg
Anaïs Mims. CC BY-NC-ND.

Le 13 juin 2017, le corps sans vie de Jessica M’Nasri est retrouvé dans le point d’eau d’un parc d’Amsterdam, où elle avait assisté à un concert de jazz quelques jours auparavant. Cinq ans plus tard, en Belgique, ses proches ne savent toujours pas ce qui lui est arrivé. Aucune ligne n’a jamais été écrite sur ce décès dans la presse belge. Une histoire de musique et de silence.

Jessica M’Nasri est née à Bruxelles le 28 novembre 1984. Elle est morte à Amsterdam, un jour de juin 2017. Depuis lors, en juin et en novembre, son frère Ali-Sandro et leur amie commune Nancy consacrent toujours une spéciale de Daydream Nation à leur « Jess ». Daydream Nation est l’émission que Jessica et Nancy ont créée en 2008 sur Radio Panik pour parler de « la scène locale et internationale dans les sphères larges du rock ». L’idée s’était cristallisée sur les pelouses jaunies par le soleil du Pukkelpop, festival où les deux amies se prennent une « claque phénoménale » devant le concert d’un de leurs groupes favoris, Sonic Youth, qui y joue l’entièreté d’un album parfait : « Daydream Nation ». « Notre besoin, c’était de transmettre la musique et les émotions de la musique », raconte Nancy. Depuis lors, l’émission est diffusée un mardi sur deux, entre 22 heures et minuit. « Et pour longtemps encore », insiste Nancy au micro, comme une promesse adressée à sa pote disparue.

Boulimie de sons

Ce mardi de juin 2017, Ali-Sandro rentre d’Amsterdam où il a bataillé pour que la police ouvre une enquête concernant sa sœur, retrouvée morte une semaine auparavant, sans qu’aucun élément d’explication n’ait été avancé. Nancy prend l’antenne seule, encore sous le choc. La voix saturée de larmes, elle passe des morceaux d’Archie Bronson, de Sonic Youth, des Black Angels, Black Keys, qui figuraient parmi les disques préférés de Jessica. Elle ne dit rien sur les causes de son décès, elle ne …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2976 membres et 1715 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus