5min

Petites fuites, grands problèmes

En Wallonie, plus d’un ménage sur deux se chauffe au mazout. Dans nos caves et jardins, les citernes vieillissantes ou mal installées provoquent chaque semaine des pollutions. Problème : le gouvernement régional n’a pas de vue d’ensemble et peine à légiférer sur le sujet.

medor_v2_ArnaudAubry.jpg
Arnaud Aubry. CC BY-NC-ND

La couleur irisée de l’eau et les taches argentées glissant sur la surface lisse du ruisseau Saint-Jean ne laissent guère place au doute. Du ponton en bois, Isabelle Delgoffe doit se rendre à l’évidence : la pollution aux hydrocarbures qui touche ce ruisseau n’est toujours pas résolue. Attachée de projet au Contrat de rivières Dyle-Gette, elle contrôle visuellement le boudin absorbant en polypropylène, situé quelques mètres en aval. L’incident étonne peu cette passionnée de nature, elle qui veille sur 1 000 kilomètres de cours d’eau répartis dans une vingtaine de communes. Depuis le début de l’année, seules quelques entités n’ont pas été impactées par une pollution. Celles-ci sont diverses et variées, mais la majorité d’entre elles impliquent des hydrocarbures. Avec, à chaque fois, la même question : d’où vient le problème ?

Pour le savoir, il faut remonter le cours d’eau dans l’espoir de localiser la source. Mais la tâche est ardue. « Souvent, on ne trouve pas l’origine », se désole Vincent Bulteau, conseiller environnement à la commune de Beauchevain. En dépit des difficultés, les acteurs de terrain ont une même cible dans le viseur : les citernes à mazout. D’un côté, les réservoirs vieillissants de l’après-guerre, victimes de l’oxydation et du temps qui passe, de l’autre, les installations bâclées qui favorisent le risque de fuites. Selon les chiffres de 2016 (les derniers en date, hélas), les pollutions provoquées par des débordements et fuites de citernes entraînent une intervention par semaine du département de la Police et des Contrôles. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2739 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus