6min

Info locale, exploitation totale

Sous l’appellation « lanceurs d’alerte », les journaux de Sudpresse recrutent des informateurs. Bénévoles. Dernier symptôme du cancer qui frappe les journalistes locaux : la misère.

media.jpg
Margot Lecomte. CC BY-NC-SA

4 euros brut pour la rédaction d’une brève. Fin de la vanne. Déjà rémunérées en deçà de l’indécence, les petites plumes de la presse écrite locale vont-elles bientôt se faire voler leur pain – sec – par des journalistes gratuits ? La dernière offensive de Sudpresse, filiale du groupe Rossel (Le Soir), a en tout cas de quoi leur foutre les jetons. Sur le site web spécialement dédié à ce recrutement, l’éditeur, entre autres, des journaux La Capitale, La Meuse ou La Gazette met en effet le paquet. « Devenez lanceur d’alerte », titre la page. « Nous recherchons de nouveaux collaborateurs capables de nous informer sur tout ce qui se passe dans leur commune ! […] Vous voulez collaborer avec le leader de la presse régionale belge ? »

Et de lister les conditions requises pour choper ce job en or au salaire en toc : être bien intégré dans sa commune, très informé, sérieux et capable d’envoyer des informations fiables, de proximité, de bons tuyaux, des photos ou des vidéos, des communiqués de presse,… « Un lanceur d’alerte doit avoir des yeux et des oreilles dans sa commune », renchérit l’annonce en lettres capitales. Concrètement ? Quels types d’infos sont demandées ? « Du rififi en politique, une polémique qui pointe le bout du nez, un fait divers, un commerce qui ouvre, un autre qui ferme… »

A-t-on bien compris : un lanceur d’alerte qui signalerait un commerce qui ouvre ?

Pause. Le terme « lanceur d’alerte » n’a rien d’anodin. Selon la définition d’Amnesty International, il …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2740 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus