15min

La bombe politique

Nucléaire

On va donc fermer les centrales nucléaires. Et on va ouvrir des centrales au gaz. C’est décidé. Mais en fait non. On va maintenir le nucléaire. Et on va freiner les centrales aux gaz. On est d’accord en Régions. Pas au fédéral. « On » ? Les différents partis politiques au pouvoir depuis vingt ans. Incapables d’union nationale pour un enjeu sur cent ans : notre approvisionnement énergétique. Misères de la politique avec un petit p. Comme pénible.

médor-nuclear-illu1.jpg
Pia-Mélissa Laroche. CC BY-ND

Dimanche 10 octobre 2021. Ils sont 50 000 selon les organisateurs. 25 000 selon la police. Peu importe la comptabilité, la manifestation pour le climat est un succès. En toute logique, les militants et élus des partis Écolo et Groen figurent en bonne place dans le cortège. La lutte contre le réchauffement climatique, et la fin du nucléaire, c’est leur affaire depuis toujours. L’essence même de leur existence.

Mais ce récit déraille ces derniers mois. La fin du nucléaire signifierait plus d’émissions de CO2. Le cœur vert balance.

Lundi 11 octobre 2021, le siège d’Écolo-Groen, tous deux membres du gouvernement Vivaldi, est investi par un collectif de citoyens, dont ceux du groupe « Tegengas/Dégaze ». L’ambiance est bon enfant. Des banderoles sont déployées. Quelques chants entonnés. Mais le message est direct. « Pas de soutien au gaz fossile », peut-on lire sur un drap posé dans la salle de réunion écologiste. Pour ces collectifs, les choses sont claires : on ne peut pas à la fois défendre une politique climatique ambitieuse et soutenir la création de centrales au gaz. « L’État va dépenser plusieurs centaines de millions d’euros par an pour soutenir des énergies fossiles, regrette Peter Paul Vossepoel, membre du collectif Dégaze/Tegengas. C’est un vrai problème. Et, dans ce combat, Écolo et Groen ne sont pas nos alliés. »

La hantise du Black-out

L’ouverture de nouvelles centrales au gaz est intimement liée à la fermeture du parc nucléaire belge. Deux centrales nucléaires qui regroupent sept réacteurs, à Tihange et à Doel, devront …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2740 membres et 1709 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus