11min

« Nous devons nous retirer de la nature »

FULLPAGE-entree.jpg
Camille Potte. CC BY-NC-ND.

Les éléments se déchaînent et, oui, les inondations empireront quoi que nous fassions, selon le géographe Gerard Govers. Il faut changer radicalement nos habitudes. Par exemple : se détacher de la terre, manger moins de viande, produire de la nourriture de manière artificielle.

Extraits d’une interview diffusée par De Morgen, le 24 juillet 2021.

Ces inondations meurtrières de l’été : que s’est-il passé au juste ?

Gerard Govers : C’était ce qu’on appelle une perturbation cyclonique. Il en passe chaque année plusieurs dizaines au-dessus de la Belgique, mais celle-ci est restée très longtemps au même endroit : environ 72 heures, alors qu’en temps normal le système se déplace au bout d’une journée seulement. Si tel avait été le cas, nous n’aurions reçu que la moitié ou le tiers des précipitations. L’essentiel est là : toute l’eau contenue dans l’air humide s’est abattue pendant 72 heures sur une même région. Chez nous, il s’agissait notamment de l’Ardenne.

Comment se fait-il …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus