9min

Les pieds sur pierre

Vinciane Debaille

mars1-0.jpg
François De Jonge. CC BY-NC-ND.

À 8 ans, une petite fille regarde une émission sur les volcans. Elle se prend de passion pour les roches. Adulte, elle déniche une météorite de 18 kg en Antarctique et récolte des pierres pour la NASA… sur Mars. Pour la géologue Vinciane Debaille, l’histoire des pierres est précieuse.

Toute petite, Vinciane Debaille avait les yeux qui brillaient, à la télévision, devant la lave chatoyante des volcans. Depuis, cette image ne l’a pas quittée : elle veut comprendre ce qui se passe sous nos pieds, comprendre comment les planètes se sont formées. Elle entreprend alors des études en géologie, c’est-à-dire l’analyse des sols, à l’Université catholique de Louvain. Pendant son post-doctorat aux États-Unis – notamment au Centre spatial Lyndon B. Johnson de l’agence spatiale américaine (NASA) –, elle se lance dans l’étude de pierres extraterrestres et découvre l’univers fantastique des météorites. Dans la foulée, ses recherches la conduisent en Antarctique où elle participe à trois missions de collecte de roches provenant de l’espace. Aujourd’hui, Vinciane Debaille, 43 ans, est professeure à l’Université libre de Bruxelles (ULB), directrice de laboratoire et maîtresse de recherche au Fonds de la recherche scientifique (FNRS). Mais surtout, elle fait partie des cinq scientifiques européens sélectionnés dans le cadre du projet Mars2020 de la NASA. Le but de la mission : faire atterrir un robot – le rover « Perseverance » – afin de récolter des échantillons de roches sur la planète rouge. De retour en 2030, ces échantillons seront analysés par la géologue belge et ses collègues. Mars sur Terre.

Vous êtes géologue de formation : en quoi cela consiste-t-il ?

Je dis souvent que c’est une discipline en pleine mutation, au carrefour de toutes les sciences. On a de la géochimie, de la géophysique, de la géobiologie… Ce sont des sciences différentes mais appliquées à l’étude de la Terre. …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3357 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus