1min

Delphinariums : c’est assez !

enqueteke_cetaces_ok.png
Laetitia Gendre. CC BY-NC-SA.

Sous confinement, Bruxelles est devenue la seule région d’Europe à interdire la détention de phoques et d’otaries. Une avancée majeure ?

L’instant est historique et solennel. Hémicycle bruxellois, 4 avril 2021. Les parlementaires régionaux votent, en pleine crise sanitaire, l’interdiction de détention de pinnipèdes et de cétacés. Fini d’héberger otaries et phoques. La mesure est radicale ! Ah ? Y en avait-il ? Pas un. Bruxelles ne compte aucun mammifère marin sur son territoire. Il faut remonter à 1877 et à la fermeture du zoo de Bruxelles pour trouver un animal exotique dans la capitale.

Autant condamner le braconnage de kangourous dans la forêt de Soignes. La décision peut paraître absurde, selon Michel Vandenbosch, président de Gaia, « mais elle fait avancer la cause animale sur le plan de la conscientisation et de la sensibilisation ».

Dauphins, otaries et pleurs

En 2020, des militants de « C’est assez », une association française qui milite pour la fermeture des delphinariums, publient une vidéo prise dans un parc animalier de Huy. La séquence des otaries tractant des enfants devient virale. Un demi-million de vues plus tard, le parlement bruxellois vote donc l’interdiction. Une décision raillée sur les réseaux sociaux : une « loi inutile » dans une période où le ministre aurait « mieux à faire ». « Hors sujet », rétorque Pauline Lorbat, porte-parole du ministre Bernard Clerfayt (DéFI) : « Ce ne sont pas les mêmes équipes qui sont en charge des dossiers bien-être animal, emploi ou transition numérique. Par ailleurs, le travail législatif avait été entamé avant la crise sanitaire. »

Sous-entendu : on nous reproche souvent de ne rien anticiper. Ici, on ferme un delphinarium avant qu’il ne s’installe.

Bruges en mire

Compétence régionalisée …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus