10min

CLARINVALAND

double final.png
Léo Gillet. CC BY-ND.

À Bièvre, le boss, c’est David Clarinval. Après avoir joué des coudes au sein de sa propre famille, le ministre libéral règne sans opposition. Si fort chez lui, si hésitant à l’échelon fédéral.

Des forêts, des campagnes et encore des forêts. Sur les routes rectilignes en direction de Bièvre, commune rurale de 3 000 âmes, le dépaysement est total. Coincée entre la frontière française et la province de Luxembourg, l’entité est dirigée depuis plus de vingt ans par le ministre fédéral David Clarinval. Mais en chemin, le premier Clarinval qu’on rencontre, c’est Philippe. Enfin, sur le panneau publicitaire de son entreprise, spécialisée dans la vente de sapins de Noël. L’arrivée est proche. La nationale transperce Bièvre, un des douze villages de l’entité (et aussi le plus grand). De part et d’autre du bitume, de multiples commerces, dignes d’une petite ville. En périphérie, le zoning regroupe une vingtaine de sociétés, dont Clarinval Constructions. L’entreprise familiale, fondée par le père de David, affiche plus de 11 millions d’euros de chiffre d’affaires, emploie une soixantaine de personnes et est fière de « l’ancrage local du personnel qualifié ». Dans la commune, les réalisations de cette société spécialisée dans les charpentes métalliques ne manquent pas, avec notamment une salle communale et des clubs sportifs. Le tout, sous le regard attentif de David Clarinval, propriétaire depuis 2014, gérant dès 2005. Pas mal pour asseoir son autre activité : le mayorat de l’entité. Car ici, personne n’a envie de se mettre à dos le bourgmestre-entrepreneur.

Covid oblige, c’est dans la salle de spectacle du centre culturel, vieilles pierres et poutres, que se tient le conseil communal. David Clarinval, vêtu …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus