11min

Ce qu’on nous cache

Accidents de train

première double draft.jpg
Sukrii Kural. CC BY-NC-ND.

Quand des trains se percutent, comme à Buizingen ou Godinne, c’est le gestionnaire du réseau, Infrabel, qui prend le contrôle des opérations. Dans un conflit d’intérêts manifeste. Jusqu’au prochain couac ?

À 8 h 51, le dimanche 27 juin 2021, le train Inter-city 6959 quitte la gare de Charleroi-Sud. Il a à son bord des parents, des enfants qui se rendent au parc d’attractions de Walibi, en Brabant wallon. Autant partir tôt, car, le soir, c’est un Belgique-Portugal de feu qui s’annonce. Dès la sortie de Fleurus, les passagers râlent. Grrr… le convoi est stoppé net pendant 87 minutes. La durée d’un match de foot à se ronger les ongles.

Encore un de ces vols de cuivre le long des rails ? Ou cette « présence d’individus sur les voies » qui fait le quotidien des navetteurs ? « Non, non, ce jour-là, personne n’a rien su, mais on a tout simplement évité une catas­tro­phe », témoigne un cheminot. Le souci est décrit dans la « gazette » de la société Infrabel, un document confidentiel qui établit le rapport journalier des incidents sur le réseau ferroviaire belge.

À la lecture de ces lignes, on perçoit que des techniciens éreintés par de trop longues prestations ont tenté de remettre en service un aiguillage défaillant. L’IC 6959 venu de Charleroi a failli entrer en collision frontale avec un convoi de marchandises ! Il a fallu le feeling d’un conducteur de train expérimenté, constatant la discordance entre la signalisation et son itinéraire, pour éviter le crash. Une catastrophe comparable à la collision de Pécrot, en mars 2001, qui avait tué huit personnes.

Des incidents comme celui-là se produiraient régulièrement sur le …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3356 membres et 1704 coopérateurs

Pensez à offrir nos contenus au tarif spécial fin d’année.
Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus