5min

Le spray qui fait pschitt

THC - 1.jpg
Dennis Marien. Tous droits réservés.

Défoncé à la fumette et arrêté au volant par la police ? Pas de panique, quelques pulvérisations dans la bouche tromperont les tests salivaires antidrogues de la police. Vraiment ?

« Roulez défoncé sans vous faire choper. » Voilà en substance la promesse de ces vendeurs de sprays destinés à éliminer les traces de THC, la molécule psycho­active du cannabis, dans la salive des automobilistes sous influence. Un produit disponible partout. Sur le moteur de recherche Google, les mots clés « Kleaner THC » don­nent déjà plus de 50 000 résultats. Des nettoyeurs de drogues commercialisés par les géants de l’e-commerce comme eBay ou Amazon, les sites spécialisés dans le cannabis CBD, les gros acteurs de la défonce en ligne tels Zamnesia ou Alchimiaweb, mais aussi, beaucoup, sur Instagram ou Snapchat. Des sprays vendus à prix d’or – 40 euros les 30 ml – et dont l’efficacité pour déjouer les contrôles stupéfiants ne ferait pas l’ombre d’un doute.

« 100 % de réussite aux tests salivaires », vante un gros acteur du marché sur son site. « Testé cliniquement », enchérit un second. Avec à chaque fois le même argument massue : un contrôle positif aux stupéfiants vous coûtera cher. En Belgique, en effet, l’automobiliste sous influence risque un retrait de permis, une amende salée (à partir de 1 600 euros) et une peine de prison en cas de récidive.

Les conducteurs seraient de plus en plus sous l’influence de drogues, si l’on en croit les chiffres officiels. Lors de la traditionnelle opération « week-end sans alcool » menée par la police de la route en janvier 2020, 51 % des conducteurs soumis à un test salivaire antidrogue étaient positifs, contre 45 % l’année précédente. Notons tout de même que les contrôles se …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3048 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus