8min

La gueule de bois

EDM-2 (1).png
Emilie Gleason. CC BY-NC-ND.

Une maison en zone forestière ? C’est interdit. Une cabane ? C’est permis. À Herbeumont, un promoteur envisage de construire pour les touristes de luxueux bungalows en bois – des « cabanes », quoi – au milieu des arbres. Dans le village ardennais, la résistance s’organise.

« Herbeumont, dans la province de Luxembourg, sur la Semois, est aujourd’hui un gentil village », écrit le poète ardennais Marcel Leroy en 1969. En 2021, ce « gentil village » est tapissé d’affiches « Caba-NON ! » contre « l’invasion de la forêt d’Herbeumont » ; la bourgmestre Catherine Mathelin (cdH) refuse de parler à une journaliste qui prononce le mot « cabanes » ; Jozef Lauwers, l’homme d’affai­res flamand à l’origine du projet, ne répond pas à nos appels.

Quant à l’échevin de l’urbanisme Stéphane Puffet (cdH), il nous explique qu’il ne souhaite plus s’exprimer sur ce dossier, compte tenu des insultes et des menaces qu’il a reçues. Comment en est-on arrivé à une telle crispation dans un village où, même en politique, il n’y a pas de véritable opposition ?

Tout a commencé à la fin du mois d’août 2020. Une affiche jaune apparaît alors au Boulois, une rue en cul-de-sac entourée de forêts, un peu à l’écart du village. Une demande de permis a été introduite pour la construction de 17 cabanes dans les bois, réparties sur plusieurs sites de part et d’autre de la rue. Ce projet de mini-camp de vacances, qui pourrait accueillir jusqu’à 56 personnes, émane d’une société immobilière de Knokke-Heist, représentée par Jozef Lauwers.

Siska Claessens n’en revient pas. L’homme d’affaires était passé chez eux au printemps dernier pour leur demander s’ils ne voulaient pas vendre la sapinière en contrebas de leur terrain. « Nee, dank U », …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2724 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus