7min

Copains d’abord chez les croque-morts

enq-croq-valentin1
Marin Driguez. Tous droits réservés.

Une chose est sûre, on doit tous y passer. Avec environ 9 000 décès par an en région bruxelloise et vu le vieillissement de la population, le marché des pompes funèbres est colossal. Dans le secteur, les gros acteurs jouent des coudes pour rafler la mise. Pression sur les familles, occupation de morgues, copinages avec les maisons de repos ou les hôpitaux… Bienvenue dans le business des morts.

Serge l’aura compris au moment du décès de sa mère, les pompes funèbres, c’est toute une affaire. Dans la nuit du 7 au 8 janvier 2018, il reçoit un appel du service de sécurité de l’hôpital bruxellois Chirec Delta où sa mère est soignée. Elle est décédée. S’il veut voir le corps, il devra obligatoirement appeler l’entreprise de pompes funèbres Goffinet à Uccle, à 5 kilomètres de là.

Cette entreprise n’a pas été choisie par le Chirec Delta par hasard. L’hôpital a conclu un contrat avec le grand groupe de pompes funèbres Altenloh & Greindl (A&G), comptant une quinzaine d’agences, essentiellement à Bruxelles. La morgue du Chirec appartient bien à l’hôpital mais est gérée par des agents du groupe A&G. Vous voyez la chose arriver ? Avec ses agents dans la place, rien de plus facile que de proposer aux familles des défunts les services d’une entreprise… de chez A&G. Comme les Funérailles Goffinet.

Autre institution, autre mode opératoire. Sophie (nom d’emprunt) rendait souvent visite à son père vieillissant, alors pensionnaire à la maison de repos Acacias de Molenbeek-Saint-Jean. Jusqu’au jour où le patriarche rend son dernier souffle.

Prévenue par le personnel soignant, Sophie file à la maison de repos. À son arrivée, le corps a disparu. Troublée, la fille du défunt apprend que son père …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2725 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus