1min

C’est qui le chef ?

Medor - N21_Enketeke_Colorisation_01_Aperçu.jpg
Adrien Herda. CC BY-NC-ND.

« Chef de famille », « chef de ménage », anachronismes au masculin. Les « bons pères de famille » sont aussi des femmes et la Belgique rame encore pour traduire ces mutations sociétales dans le droit commun.

Au service population d’Houffalize, comme dans toutes les communes du pays, on ne dit plus
« chef de ménage », mais bien « titulaire ». L’homme n’est plus de facto le boss et « cela heurte certaines sensibilités plus machistes », glisse, de son chef, un édile houffalois. « La notion de chef de ménage n’existe plus dans le Registre national depuis une quinzaine d’années », précise Koen Schuyten, du SPF intérieur. La DG Institutions et Population a communiqué également que « la pratique visant à encore utiliser l’expression est à proscrire ». L’Onem, qui utilise toujours l’expression, n’est malheureusement pas encore au courant.

S’ils sont plus politiquement corrects (mais pas vraiment d’usage), le « titulaire » et sa désignation posent question. De fait, un ménage ne peut légalement avoir qu’une seule personne de référence. Oui, mais qui ? Une majorité de couples ignorent qui est le big boss du foyer. Cette information est pourtant reprise dans le Registre national, auquel nombre d’institutions ont accès. Le diable est dans les détails. Le principe du « premier inscrit, premier servi », qui vise à établir une égalité des genres, pose un couac, si les cohabitants sont en désaccord.

Pas clair

Selon le SPF intérieur, être désigné titulaire n’entraîne aucun privilège. Mais Onem, CPAS font usage du Registre national pour catégoriser les demandeurs d’aides sociales. Avec une incidence directe sur le montant des allocations. Un cohabitant touche moins qu’un isolé qui touche moins qu’un chef de famille ! Pour Yves Martens, du Collectif solidarité contre l’exclusion, c’est ce statut de cohabitant en lui-même qui est discriminatoire : « Lors …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3079 membres et 1700 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus