12min

Étudiants sur la touche

Décret Paysage

decret_paysage_grande_illu.png
Pia-Mélissa Laroche. Tous droits réservés.

Avant, à l’unif, ça passait ou ça cassait : on avait réussi ou on était « ajourné ». Le décret Paysage a voulu soutenir ceux qui risquaient de dévaler les escaliers pour une petite marche ratée. Résultat : des étudiants perdus, qui traînent des années dans le système sans forcément finir diplômés et des profs qui ferment les yeux sur des échecs. Un système qui pénalise avant tout les étudiants défavorisés. Après autant de ratés, le décret doit-il être recalé ?

C’était en septembre 2019. Un mardi ou un mercredi, Sam (prénom d’emprunt) ne sait plus très bien. Étudiant à l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve), il se prépare à la rentrée académique, censée arriver quelques jours après. En ouvrant l’enveloppe sur laquelle est imprimé le logo de son université, il ne se doute pas que son contenu va chambouler ses plans. « Cela disait que mon inscription était refusée car j’étais “non finançable”. J’avais fait deux années de psycho durant lesquelles je n’avais pas validé beaucoup de crédits (pas réussi beaucoup de cours, NDLR). Puis je m’étais réorienté en romanes. J’ai alors réussi beaucoup plus de cours, mais cela n’était pas suffisant. J’étais perdu et frustré car je réussissais mieux et on me disait que je devais arrêter. » Désarçonné, le jeune homme file sur Internet pour comprendre en quoi ces deux mots peuvent compromettre son avenir. « J’en avais vaguement entendu parler, mais je pensais que cela désignait un étudiant qui ne pouvait pas payer ses études », avoue-t-il, manifestement gêné. Il faut dire que les termes « non finançables » sont ambigus et que peu d’étudiants comprennent le système qui régit l’organisation de l’enseignement supérieur.

Avant 2013, année d’entrée en vigueur du décret Paysage ou « décret Marcourt » (du nom du ministre à l’origine de ce texte), l’étudiant pouvait …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2745 membres et 1394 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus