11min

L’antibiotique de trop

Itinéraire d’un scandale sanitaire

medor_dessins_-_1-print2.jpeg
Laurie Charles. CC BY-NC-ND.

Les fluoroquinolones sont des antibactériens. Dont la longue liste des effets secondaires graves affiche désormais la mort par anévrisme. Les médecins continuent pourtant de prescrire massivement ces puissants antibiotiques. Souvent en dépit des règles sanitaires. Une folie pour des milliers de victimes et un dysfonctionnement structurel au diagnostic.

Me suicider ? Ce n’est pas dans ma nature. Mais je ne pouvais plus continuer à vivre comme ça. » Athlétique, belle gueule, Timothy De Wilde a 27 ans et un job d’ingénieur dans le secteur énergétique offshore. En 2018, il consulte son médecin de famille pour une douleur à la cuisse droite. Celle-ci diagnostique une infection urinaire et lui prescrit de la ciprofloxacine. « Mon estomac ne supporte pas bien les antibiotiques, mais elle m’a dit que celui-là était safe. Aucun avertissement non plus par rapport à l’activité physique. Elle sait pourtant que je suis très sportif. » Timothy prend un premier comprimé. « La douleur avait complètement disparu après une seule dose. C’était magique ! Mais ma copine m’a dit qu’il fallait toujours prendre les antibiotiques jusqu’au bout du traitement. » Le lendemain matin, devant le miroir de la salle de bain, c’est la douche froide. « Mon visage était couvert de boutons. J’ai pensé à une réaction allergique mais, quelques jours plus tard, à la salle de sport, mes articulations se sont mises à craquer et j’ai senti comme une déchirure à l’épaule. J’ai ensuite commencé à perdre des cheveux et des poils sur tout le corps ! » Les semaines suivantes, ses articulations et ses tendons semblent se dégrader. « J’avais tellement mal que je ne pouvais plus marcher ni même m’asseoir. Je n’avais plus aucune vie socioprofessionnelle, je déprimais complètement et personne ne trouvait la source du problème. » Même avec une imagerie par résonnance …

Merci pour votre curiosité

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c'est un cadeau. Nous voulons que Médor touche le plus large public possible. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3710 membres et 1244 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus