10min

Nos trous de mémoire

Archives de la Belgique

coffre-archives-secret
La Petite Frappe. CC BY-SA.

Dans les sous-sols des archives du Royaume, une guerre discrète se joue depuis des années. Les services de renseignement rêvent de garder le contrôle sur leurs dossiers, avec la bénédiction du CD&V et de la N-VA. Mais les archivistes de l’État se battent pour qu’ils soient rendus publics. Y compris des documents classés « secrets ». Ambiance dans les caves.

C’est un jour d’automne à Bruxelles. Des voitures banalisées s’arrêtent devant le 15, rue des Petits Carmes, non loin du somptueux palais d’Egmont. Nous som­mes en octobre 2015, quelques semaines avant les attentats de Paris. Des agents de la Sûreté de l’État, le service de renseignement civil belge, poussent la porte d’entrée du ministère des Affaires étrangères. Direction le service d’archives qui, fort de sa collection africaine, a longtemps été le point de mire de chercheurs du monde entier intéressés par le passé colonial belge au Congo, au Burundi et au Rwanda. Les archivistes sont alors en pleins préparatifs de déménagement.

Un an plus tôt, les Affaires étrangères ont signé un protocole pour transférer ces archives africaines aux Archives générales du Royaume (AGR). Cela représente 10 kilomètres de rayonnage ! Les documents, photos et microfilms concernent toute la période de 1885 à 1962. Mis bout à bout, ils couvrent la distance qui sépare l’Atomium de la place Flagey. Une page se tourne : bientôt sera finie l’époque où les chercheurs devaient faire des courbettes pour avoir accès à certains documents ou ruser pour obtenir des inventaires réservés à quelques privilégiés. Aux Archives générales du Royaume, institution qui réceptionne et gère les archives de tous les services fédéraux (en dehors de Bruxelles, on les appelle les Archives de l’État), le mantra est au contraire d’augmenter l’accessibilité. Est-ce cela qui effraye nos services secrets ?

archives-belgique.jpg
La Petite Frappe. CC BY-SA

En ce jour d’octobre 2015, les agents de la Sûreté de l’État …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 2835 membres et 1691 coopérateurs

Médor ne vous traque pas à travers ses cookies. Il n’en utilise que 3 maximum pour la sécurité et la navigation.
En savoir plus