10min

La guerre des houblons

guerre-bieres
Axel Korban. CC BY-SA.

Comme un boulanger qui ne pétrirait pas son pain, les « faux » brasseurs ne brassent pas leur bière. Mercenaires attirés par le goût du lucre ou passionnés zythologues ? L’émergence de ces nouveaux acteurs est réelle. Ils seraient près de 150 en Belgique et sont chaque semaine plus nombreux sur le marché. Quelques brasseurs artisanaux leur ont déclaré la guerre. Pour eux, c’est tout un savoir-faire qui pourrait disparaître d’ici quelques années.

C’est une success-story de celles dont on raffole dans les milieux politiques lorsqu’il s’agit de mettre en avant les talents entrepreneuriaux d’une région. Depuis quatre ans maintenant, dans tous les bars et supermarchés bruxellois, une série de bières aux logos accrocheurs ont fait leur apparition, avec l’ambition affichée de bousculer les codes et les habitudes gustatives du consommateur. Leurs noms : Delta, Grosse Bertha, Red My Lips, Dark Sister, Babylone… Tous les fêtards de la capitale les connaissent, tout comme ils con­nais­sent le Brussels Beer Project (BBP), du nom de l’entreprise qui les a fait naître et propulsées au rang de stars dans les médias.

Quatre ans après sa création, le Brussels Beer Project est déjà en passe de conquérir le monde. Un bar entièrement consacré à ses bières vient d’ouvrir au Japon, en plein cœur de Tokyo ! Son laboratoire de la rue Antoine Dansaert est le théâtre régulier d’expérimentations collaboratives avec des brasseurs des quatre coins du monde. Chaque mois, une nouvelle bière éphémère sort de ses cuves. Une bière aux accents catalans, argentins, japonais, norvégiens… Avec toujours ce même design décliné à foison sur l’étiquette et une présence massive sur les réseaux sociaux.

Aux commandes de ce projet, deux jeu­nes entrepreneurs sacrés « Bruxellois de l’année » en 2015 : le Belge Olivier de Brauwere et le Breton Sébastien Morvan. Après un début de carrière dans l’audit et la finance, les deux amis se sont retrouvés à Bru­xelles autour de leur passion commune. Une passion née aux …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3415 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus