2min

Ce que vaut un journaliste méritant

journalisme-merite
Axel Korban. CC BY-NC-SA.

Entre groupes de presse et journalistes, ça discute ferme lors de la négociation sectorielle au sommet. « Certains éditeurs sont vraiment aux abois, d’autres peuvent encore tenir un an ou deux », dixit l’Association des journalistes. Une idée fait bisquer : lier les rémunérations aux « mérites ».

Tu performes, tu gagnes. L’idée vient des éditeurs de presse. Le directeur général d’IPM (le groupe éditant La Libre et La DH), Denis Pierrard explique : « On ne peut plus s’engager sur des barèmes pour trente ans, qui évoluent quoi qu’il arrive. » À masse salariale équivalente, ce patron de presse préfère gagner en flexibilité. Éric Malrain, du groupe Rossel (Le Soir), imagine un barème de base, un « filet de sécurité », complété par des droits d’auteur et une prime destinée à celui qui encadre des équipes ou se spécialise dans le suivi d’une région ou d’une matière (soit une pratique clouée au pilori médiatique au cours des années 1990-2000, au nom de la sacro-sainte polyvalence).

Pierre Leerschool, directeur financier chez Sud Presse, rebondit : le journaliste qui se risque hors de sa zone de confort et s’essaie aux nouveaux espaces numériques, à la photo, à la vidéo, se verrait « récompensé ». À ses yeux, le défi reste d’amener les journalistes à « glisser vers le changement des médias ». Après tout, « pour l’ensemble des autres professions, c’est comme ça », dit le directeur financier. Et il est plus que temps, surenchérit Denis Pierrard, « de se battre à armes égales avec les concurrents ». Parmi ceux-ci, les monstres du GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), par exemple, qui aspirent une part copieuse des revenus publicitaires de la presse.

Récompenser les « like » ?

De l’autre côté de la table …

Lire, en toute liberté

Cet article semble vous intéresser. Vous pouvez lire la suite à votre aise : c’est un cadeau. Nos contenus doivent être accessibles au plus grand nombre. La période d’essai d’un mois, gratuite et sans engagement, est également faite pour cela. Cependant, nous avons besoin d’être financés pour continuer notre projet. Si vous trouvez notre travail important, n’hésitez pas : devenez membre de Médor.

Un journalisme exigeant peut améliorer notre société. Voulez‑vous rejoindre notre projet ?

La communauté Médor, c’est déjà 3417 membres et 1686 coopérateurs

Médor est un média indépendant. Notre site ne contient pas de pub. Toutefois, il utilise quelques cookies pour faciliter son utilisation. Lisez notre politique de cookies pour en savoir plus.
En savoir plus